Enregistrer

Démarche qualité de l'Atelier - Le Feng-Shui

3ème concept : vivre en harmonie avec l'environnement

Le Feng-Shui est un art millénaire d’origine chinoise et dont l’étymologie vient de FENG (vent) et SHUI (eau). Il représente l’art et la science de vivre en harmonie avec notre environnement. C’est une approche d’harmonisation du rapport à l’environnement dans son aspect invisible et énergétique. Le travail du Concepteur fait souvent appel à ces notions d’harmonie sans que cela soit nommé « science du ch’i ». Il recherche à agencer l’habitation de façon à obtenir un équilibre des forces et une circulation de l’énergie.

Le concept du Feng-Shui repose sur le Bagua qui est la carte octogonale des mouvements d’énergie dans un espace donné. C’est un cercle divisé en huit quartiers (ou trigrammes) autour d’un centre qui peut s’appliquer sur le plan d’un terrain, d’une maison, d’un appartement, ou même d’une pièce. Ecrit Bagua, par ailleurs Pah Kwa, il permet de localiser des zones géographiques et des qualités, et, par l’étude de leur adéquation, d’en déterminer des effets.

Une différence perçue à travers la littérature tient à l’orientation de cette carte. Certains associent le Sud au Sud magnétique, pour d’autres, l’entrée principale de la maison vaut pour le Sud. Réside ensuite et comme dans bien des domaines, la qualité de « lecture » ou d’interprétation de ces cartes.


 

Exemple de 8 remèdes pour rééquilibrer le Ch'i

  1. Le contrôle de la vitesse de circulation du Ch’i : trop vite, il dérange et irrite, trop lentement, il cause stagnation et léthargie, trop fouillis, il sera désorienté.
  2. La lumière : réfléchir un défaut, apporter une lumière dans un coin sombre.
  3. La vie : introduction de plantes ou d’un aquarium lorsque le ch’i à tendance à faiblir.
  4. Les machines : outils, petits électroménagers peuvent servir à activer un ch’i inerte.
  5. La couleur : pour les zones où l’on se sent stressé ou irritable, couleurs claires.
  6. Le mouvement : dynamisation d’un ch’i stagnant par différents moyens - mobiles, carillons éoliens, drapeaux, fumées d’encens, de l’eau vive étant l’idéal.
  7. Le calme : une statue, une sculpture bois ou pierre ralentissent le ch’i et contribuent à la purifier.
  8. Le son : le bruit dérange l’harmonie du ch’i, carillons éoliens, clochettes, clapotis d’une fontaine permettent d’y remédier.

 

 

Accès rapides

EnregistrerEnregistrerEnregistrer